Côte d’Ivoire / Mauvaise santé de la filière anacarde / Konaté Arouna ( PCA de la COOPCAVICA) se lâche : « Nous sommes divisés par des problèmes de leadership ».

imgp1.jpg

Afriknews-Vendredi 24 mai 2019- La Coopérative des Producteurs du Cajou et du Vivrier avec Conseil d’Administration (COOPCAVICA)  est une structure coopérative dans la filière Anacarde qui jouit d’une crédibilité exemplaire auprès de ses coopérateurs et du gouvernement ivoirien. Le président de cette coopérative qui malgré un climat de mévente généralisée du cajou ces deux dernières années, a su toujours garantir le prix officiel aux producteurs, dit s’approprier le combat à la prospérité de la filière. Monsieur Konaté Arouna dénonce l’environnement malsain de la filière gangrené par une impitoyable lutte de leadership, qui joue négativement sur les prix d’achat du produit.  Mais surtout,  il appelle à l’union des acteurs, et surtout marque son optimiste quant à un avenir radieux de la filière anacarde.

   

La COOPCAVICA est perçue comme l’une des meilleures coopératives de la filière Anacarde en Côte d’Ivoire.  Quel est votre secret pour parvenir à ce niveau dans une filière désormais installée dans l’incertitude?

La filière n’est pas dans l’incertitude. Bien au contraire c’est une filière avec plein d’avenir. Maintenant pour répondre à votre question, notre secret, c’est que nous mettons le producteur au commencement, au milieu, et à la fin de toutes nos démarches. Nous travaillons dans l’intérêt supérieur de tous les producteurs. A la mise en place de cette structure, l’idée c’était d’accompagner les producteurs. Parce que Houphouët Boigny, le père de nation ivoirienne, l’a dit : l’avenir de  ce pays repose sur l’Agriculture. Mais ces producteurs là, il faut savoir comment ils vivent, comment ils se soignent. Il faut bien sûr qu’ils bénéficient des fruits de leurs efforts. C’est pourquoi, nous avons décidé de créer la Coopcavica pour venir en aide aux producteurs, en facilitant leur vie. Voyez-vous. A la mise en place de la Coopcavica, nous étions 40 personnes. Mais à ce jour, nous sommes plus de 6000 producteurs.  Et on est  représenté un peu partout sur toute l’étendue du territoire national. Nous pensons que, c’est la qualité de nos prestations, qui est la source de motivation de ces nombreuses adhésions.  Les producteurs ont besoin d’une bonne organisation de la filière.

Comment est organisée la filière pour permettre la prospérité des producteurs ?

L’organisation, c’est ce qui manque aujourd’hui. Mais tant qu’on ne sera pas organisé, que nous les producteurs et acteurs de la filière ne parlons pas le même langage devant les acheteurs, on sera toujours à la traine. Il y a un problème de communication. Vous savez, nos difficultés tirent essentiellement leurs origines  du niveau  de compréhension du marché international.  Par conséquent, il faut comprendre comment ça fonctionne, pour ne pas s’effrayer inutilement, comme ça se passe actuellement. Ensuite, il faut chercher à s’adapter à l’environnement commercial de l’anacarde, c’est-à-dire aux variations des cours et  spéculations, et au comportement du marché.

Cette mauvaise organisation dont vous parliez tantôt ne compromet-elle pas la vente du noix de cajou ?

 Nous rassurons que les produits seront bel et bien achetés. Parce que à ce jour, au niveau de l’Inde, du Vietnam, des pays importateurs, il y a une insuffisance d’approvisionnement. La demande de produits bien traités et bien triés est très forte. Les paysans doivent aussi respecter cette exigence du marché international. Mais on ne se soumet à cette exigence, on sera toujours recalé, les exportateurs vont spéculer à viles prix sur nos produits. Vous savez, la Guinée Bissau, un pays qui produit de la très bonne qualité de noix de cajou, a bloqué ses stocks pour jouer sur les cours en hausse. Coincés, qu’ils sont, les exportateurs sont obligés de se rabattre sur la Côte d’Ivoire. Donc le produit même va manquer bientôt.  Il y aura beaucoup plus de demandes, qu’il nous sera difficile de satisfaire.

Mais, pourquoi ne pas faire comme la Guinée Bissau ?

Il faut reconnaître que notre environnement n’est pas sain. Les coopératives agissent en concurrents, au lieu de fonctionner comme des partenaires. Nous ne parlons pas toujours le même langage devant l’exportateur. Parce que notre division, notre mésentente, et notre mauvaise organisation nous desservent énormément. Ce qui favorise notre exploitation par les indiens et autres. Eux, qui viennent acheter, parlent le langage. Nous qui vendons, nous sommes divisés par des problèmes de leadership. Cette situation de mévente que nous avons subie, c’est parce que de manière unanime, les indiens ont décidé de n’acheter qu’à leur prix. Mais, nous, on n’est pas soudé. Il faut que ça change chez nous. Parce que tout le monde ne peut pas être à la tête. Voyez-vous, si tout le monde veut être président, notre filière va continuer à souffrir.  Il faut qu’on soit ensemble, pour être plus fort. On doit taire nos égos dans l’intérêt de tous.

Pourquoi les coopératives n’envisagent-elles pas la transformation de leurs produits ?

Quand on parle de la transformation. Ce sont des questions en projet. Mais il faut d’abord avoir le soutien de l’Etat. Le gouvernement doit pouvoir accompagner les coopératives bien structurées dans leur volonté de passer à cette étape cruciale de la vitalité de notre secteur et à sa maîtrise. Parce que tous les produits qui quittent ici ( Côte d’Ivoire), vont être usinés avant d’être consommés. Nous produisons plus de 60% de la consommation mondiale. C’est un énorme atout, qui fait, que si nous nous mettons à usiner, on va favoriser la concurrence des prix d’une part. D’autre part, les industriels indiens et vietnamiens se verront bien obligés de délocaliser en Côte d’Ivoire pour avoir accès aux produits bruts. Cela va permettre au secteur de générer beaucoup d’emplois, et va impacter positivement le prix du cajou.

Virus Kouadio / Afriknews//






Vous pouvez partager cet article avec vos amis.
Facebook Twitter Addthis

Nom
Email
Commentaire
   





hermes birkin bag


I precisely had to say thanks again. I'm not certain the things that I might have accomplished in the absence of those ways contributed by you relating to that subject matter. It became an absolute scary case in my position, but being able to see a new professional approach you dealt with that made me to leap over fulfillment. I am just grateful for this support and then have high hopes you really know what a powerful job you were carrying out teaching other individuals through the use of your webblog. I'm certain you've never got to know all of us. hermes birkin bag [url=http://www.hermesbirkins.com]hermes birkin bag[/url]


supreme clothing


I intended to send you this bit of word so as to thank you so much yet again regarding the spectacular tactics you've contributed here. It's so seriously generous with you giving easily all that a few people would have sold for an e book to generate some profit on their own, and in particular given that you could possibly have done it if you wanted. The advice in addition acted to become good way to be aware that the rest have the same dreams the same as my own to grasp significantly more with regard to this issue. I'm sure there are numerous more fun periods up front for folks who browse through your site. supreme clothing


yeezy shoes


I precisely needed to thank you so much yet again. I'm not certain the things I might have undertaken without these pointers shown by you relating to this subject matter. It truly was the traumatic concern in my opinion, nevertheless encountering your expert form you handled that took me to jump over gladness. Now i am grateful for your work and even believe you really know what a great job you happen to be putting in teaching others using a blog. I am sure you haven't encountered any of us. yeezy shoes


air force 1


My wife and i ended up being fulfilled Michael could do his researching using the ideas he acquired when using the web pages. It is now and again perplexing to simply choose to be making a gift of procedures that many people might have been trying to sell. So we recognize we've got the website owner to appreciate for this. These explanations you made, the simple web site navigation, the relationships you can help promote - it is many spectacular, and it is making our son in addition to our family feel that that subject is entertaining, which is very mandatory. Thank you for the whole thing! air force 1


hermes birkin


I just wanted to write a small message so as to say thanks to you for the stunning instructions you are sharing on this website. My considerable internet search has finally been recognized with wonderful know-how to talk about with my close friends. I would mention that many of us visitors are unquestionably lucky to live in a great network with very many lovely professionals with useful tactics. I feel very happy to have discovered the website page and look forward to plenty of more brilliant moments reading here. Thanks again for all the details. hermes birkin

pub2
RUBICON ...
Côte d’Ivoire / Depuis Monorovia, le Député Abel Djohoré se révolte : « Je ne suis le nègre de service de personne »

Afiknews-Lundi 23 septembre 2019-Sans langue de bois, depuis Monorovia au Liberia où il séjourne dans le cadre d’une session de l’Assemblée parlementaire de la Communauté économique de l’Afrique de l’ouest ( Cedeao), le Député Abel Djohoré, nous fait savoir qu’en lui, « c'est l'incorruptible homme politique qui s'exprime et non un chasseur de primes ». Cette réaction fait suite à des allégations tendancieuses, qui brandissent le parlementaire,juste comme un faire valoir du régime. Aussi, a-t-il craché ses vérités à propos de l’alliance Bédié - Gbagbo qu’il qualifie de diabolique.  Quelques morceaux choisis :  

« Je suis plutôt un joker et non un faire valoir »

« Un crocodile qui sort de nos urines ne peut pas valoir nos orteils »

« Bédié entraine Gbagbo dans une alliance diabolique »

« Gbagbo est le seul responsable de son maintien en détention et en exile »

« Ouattara n'a pas besoin de Bédié pour conduire à bien les affaires de la République »

« Si le président Ouattara veut ajuster la constitution, Bédié ne peut pas l'en empêcher »

« Bédié est un tigre en papier »

 

Honorable, on vous cite nommément parmi les frustrés du moment au sein de votre parti, le Rhdp, du fait de votre non présence dans le dernier gouvernement. Et que, c’est d’ailleurs cela, qui expliquerait votre mutisme depuis un certain temps. Est-ce la vérité ?

 

Je suis présentement en mission parlementaire dans le cadre de l'Assemblée parlementaire de la Cedeao à Monorovia au Libéria. Notre présence dans un gouvernement n'est pas de notre ressort, cela relève du pouvoir discrétionnaire du président de la République. Le jour que le Chef de l'Etat ou le Premier Ministre jugera que nous devons rentrer dans un gouvernement où nous appeler à une haute fonction, nous répondrons présent. Pour l'heure nous légiférons.  Nous continuons à tenir éveiller nos différents réseaux dans notre région pour les élections de 2020. Nous sommes debout pour la victoire du candidat RHDP.  

 

 

Depuis près d’une décennie, chaque fois que la formation d’un gouvernement est annoncée, les populations du Goh sont certaines de voir votre nom y figurer, au regard de votre militantisme avéré. Cette situation ne peut-elle pas constituer un motif suffisant de découragement chez vous ?

 

Non, je ne suis ni découragé, ni refroidi par ma non présence au gouvernement. Bien au contraire. De par mes prises de positions qui dérangent, les esprits retors ont vite fait de crier que j'étais acheté ou promis à un poste ministériel. Force est de constater que je n'ai pas mon compte en banque bondé, ni été promu ministre. Je veux donc dire qu'il existe encore dans cette République de Côte d'Ivoire  des ivoiriens qui vivent leur convictions en conséquence de cause. Je fais partie de cette espèce rare. J'ai dénoncé les dérives langagières de Guillaume Soro et de sa clique. J'ai pris position contre la propension à l'exclusion et à la xénophobie claironnées par Henri Konan Bédié. J'ai dénoncé l'alliance du mal que prônent Bédié et Gbagbo. Au bout de tout cela, c'est l'incorruptible homme politique qui s'exprime et non un chasseur de primes.

 

Que répondez-vous alors à vos détracteurs certains de vos  anciens camarades des ex Forces nouvelles, qui soutiennent que vous êtes juste bon pour servir de faire valoir au président ou au premier ministre ?

 

(Rire). Ah bon. Moi, faire valoir du président Ouattara ou du premier ministre Amadou Gon ! Non, je ne peux pas servir de faire valoir au président ni au Premier ministre. Je suis membre du conseil politique du RHDP ; je suis membre du Bureau Politique ; je suis membre du conseil national et suis coordonnateur de région. Je jouis de la confiance du Président Alassane Ouattara et du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Je ne peux donc pas être considéré comme un faire valoir,  mais plutôt un joker qu'on feint d'ignorer. Et puis,  voyez-vous quand on a gagné deux fois les élections législatives chez Laurent Gbagbo, on a de la contenance politique.

 

 

Comment expliquez-vous alors que malgré cette contenance, on ne vous ait jamais nommé à aucun poste de responsabilité ?

 

Écoutez, le président de la République et son Premier ministre sont les seuls qui jugent de de l’opportunité de l'entrée au gouvernement des cadres des régions ou de leur nomination à de hautes responsabilités. Il y a beaucoup de critères objectifs et d'autres non connus de nous qui guident leur choix. Sinon pour les critères objectifs, nous avons la faveur des pronostics de nos populations. C’est cela qui explique surement les nombreux coups de fil et interrogations qui nous parviennent de celles-ci. Il y a certainement des critères qui nous sont méconnus. Sinon si c'est la maîtrise du terrain et la mobilisation, nous nous connaissons à Gagnoa et les gens doivent savoir qu'un crocodile qui sort de nos urines ne peut pas valoir nos orteils. Un crocodile qui sort de nos urines ne peut pas nous faire ombrage à Gagnoa, même s'il a des sponsors qu'on sait. Le président de l’Assemblée nationale d’alors, avait fait une visite à Gagnoa et à Ouragahio, nous avons prouvé notre maîtrise du terrain. Le Premier  ministre est allé à Ouragahio,  le monde a vu. Donc cher ami, nous maîtrisons notre sujet. Si l'on s'en tient aux artifices pour promouvoir les m'as tu vu,  cela se paie cache.  Et le moment venu ça se vérifiera. Je suis parlementaire, je sers mon pays. Donc je ne me prends pas la tête pour ces choses-là.

 

 

En votre qualité donc de membre des instances dirigeantes du Rhdp, comment appréciez-vous le débat qui a cours au pays autour du blocage de la rente viagère de l’ex président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro ? 

 

Je vois où vous voulez en venir. On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. Soyons d’accord une fois pour toute, vous les journalistes qui ne cessez de m’interpeller sur les sujets d’actualité, qui impliquent le gouvernement. (Avec un ton fait de fermeté au bout du fil). Je voudrais dire à tous, que je ne suis le nègre de service de personne. Le jour que l'on nous confiera  un rôle à jouer, nous le jouerons à fond.

 

 

Bien noté Honorable. Mais l’actualité, c’est aussi l’alliance Bédié-Gbagbo qui est une alternative sérieuse pour contrer le pouvoir Rhdp. On en veut pour preuve le meeting conjointement organisé le samedi 14 septembre 2019 au palais des sports de Treicheville par les formations politiques de ces deux leaders, qui a retenu l’attention de tous. Quelle analyse faites-vous du rapprochement de ces deux frères ennemis?

 

Moi, je dirai que Bédié et Gbagbo sont deux frères rivaux, qui courtisent la même femme. Chacun est dans un scénario d’enfariner son camarade à la fin du film. Bédié entraine Gbagbo dans une alliance diabolique, une combinaison dont ne saurait sortir  qu’un axe du mal. Aucun ivoirien ne devrait prêter attention.

 

 

Entre temps, la procureure Fatou Bensouda à la Cour pénale Internationale ( CPI) vient de faire appel de l’acquittement du président Laurent Gbagbo et de Blé Goudé. Ce qui a pour conséquence le prolongement du séjour du nouvel allié du président Bédié hors du pays. Cela arrange bien les affaires du Rhdp, n’est-ce pas ?

 

 

Nous avons appris l'appel de la décision des juges de l'acquittement de Laurent Gbagbo par Mme la procureure Fatou Bensouda. En choisissant Bédié comme allié, Gbagbo à volontairement opté pour le prolongement de son exile.  Gbagbo Laurent qui vit les privations et qui n'est pas fatigué, préfère croire aux chimères de Bédié que de saisir les perches tendues de Ouattara qui est le maître du jeu en ce moment. Gbagbo est le seul responsable de son maintien en détention et en exile. J'ai parlé à Michel Gbagbo après ma sortie d'audience avec le chef de l'état il y a peu. Charge était à lui de véhiculer les bonnes dispositions du président Ouattara. Quand on veut faire un message à Dieu, on parle à la fumée. Chacun choisit le confort dans lequel il veut vivre. Je ne veux pas en dire plus.  En tout cas Bédié n'est qu’un vendeur d'illusions et Gbagbo en prend à ses dépens.

 

 

A entendre certains cadres du Rhdp, notamment le gouverneur Mambé Beugré et le président Ahoussou Jeannoh, le rapprochement est encore possible entre Alassane Ouattara et Konan Bédié. Selon vous, ce projet peut-il encore aboutir ?

 

Le gouverneur Mambé Beugré a fait une sortie où il a lié sa présence au Rhdp par le souci qu'il a à rapprocher les présidents Bédié et Alassane Ouattara. Pour moi, il n'y a pas de prétextes de réconciliation possible entre Bédié et Ouattara qui doivent servir de levain à un engagement au Rhdp. Au stade où nous sommes, le président Ouattara n'a pas besoin de Bédié pour conduire à bien les affaires de la République. Bédié lui-même récuse toute possibilité de revenir au Rhdp.  Le président Jeannoh Ahoussou qui se met à genoux pour demander une réconciliation entre Bédié et Ouattara, le président Charles Diby membre du conseil politique du RHDP qui vient d'être nommé au BP du PDCI et qui reste muet comme une carpe, tous ces gens qu'ils se déterminent à enlever le flou qui a entouré leur engagement. Aucun prétexte ne devrait nous faire perdre inutilement du temps à garder sereinement le cap sur la présidentielle de 2020. 


 

Dans sa récente sortie, le président Henri Konan Bédié faisait clairement allusion à une possible déstabilisation du pays relativement aux questions de la CEI et d'une modification de la constitution. Quelle interprétation en faites-vous ?

 

Ah oui. D'abord, je tiens à rappeler que Bédié n'est pas propriétaire de la Côte d'Ivoire. Il n'est pas détenteur du titre foncier de la Côte d'Ivoire. La menace de déstabilisation de la Côte d'Ivoire proférée par Henri Konan Bédié  n'est pas objective. Mais dites à Bédié, qu'il n’effraie personne. Bédié est un tigre en papier. Si le président Ouattara veut ajuster la constitution, il ne peut pas l'en empêcher. Les gens de son âge incarnent la sagesse, consolident la paix et la stabilité. Encore une fois, nous lui réitérons qu'il n'y a pas d'âge limite pour aller en prison, si on enfreint aux lois de la république.

 

Propos recueillis / Afriknews//

 

...

GOPO ...
Enjeux économiques : Paul Kagamé invite les africains à compter moins sur l’Europe pour l’essor du continent.

Afriknews-Jeudi 20 décembre 2018- Le président Paul Kagamé du Rwanda, président en exercice de l’Union africaine (UA), en visite officielle de 48h à Abidjan ( Côte d’Ivoire ) depuis mercredi, a partagé sa vision de développement et d’indépendance économique du continent avec le monde des affaires ivoiriennes. Face au patronat ivoirien jeudi, en présence du vice-président ivoirien, Kablan Duncan,  le chef de l’Etat rwandais a invité les africains à faire face aux défis en se fondant sur leurs valeurs et leurs cultures.

 

 

Le président rwandais dans son adresse a exhorté les intellectuels africains à adapter leurs connaissances aux réalités locales pour « transformer » leur pays et le continent. Selon lui, c’est une aventure hasardeuse que de compter sur l’Europe pour asseoir son essor.  

 

 

A l’en croire, « si l’Afrique reste un fardeau pour l’Europe » et qu'il devient « trop lourd » en termes d’assistance au développement, elle pourrait « jeter par terre » le continent, en conseillant que les pays africains de changer de mentalité  et de copier seulement que les standards qui militent en leur évolution.

 

 

Paul Kagamé soutient que pour atteindre des niveaux remarquables d’industrialisation, il faut de la détermination et de l’énergie, tant sur le plan collectif que personnel. Toujours dans son plaidoyer, le président en exercice de l’UA appelle à transformer la situation de la communauté en refusant d’accepter la pauvreté et la misère. Non sans indiquer qu’il joue pleinement sa partition. « J’essaie de donner mon corps et mon âme pour prouver que l’Afrique peut faire la différence ».

   

 

Pour lutter contre la corruption, il a invite à la culture de la déclaration des biens, qui selon lui, un excellent moyen pour stopper cette gangrène. Il en veut pour preuve l’exemple de son pays où son patrimoine et celui de toutes les autorités dirigeantes sont connus de tous. Au Rwandais, du dirigeant au citoyen lambda la rigueur de la loi s’applique à tous, a-t-il fait remarquer.  

 

La recette de l’envolée économique spectaculaire de son pays sorti tout droit d’une guerre fratricide qui a fait plusieurs milliers de morts  a été partagée sur le plan du climat des affaires.  Le Rwanda où il fallait autrefois 90 jours pour créer une entreprise, aujourd'hui, les opérateurs économiques ont la possibilité de créer leur entreprise en 6 heures. Le pays, grâce à ces efforts, enregistre une croissance moyenne de 3,2%, a confié Paul Kagamé.

 

Il a quitté Abidjan dans l’après-midi. Mais auparavant, en marge à cette visite, quatre accords de coopération ont été signés par des ministres des deux pays en présence des chefs d’Etat Paul Kagamé (Rwanda) et Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire).

 

 

Il s’agit entre autres de l'exemption réciproque de l'obligation (procédure et frais) de visa d'entrée, de transit et de séjour , de définir le cadre légal fonctionnel de coopération entre les deux pays, d’instituer  des consultations politiques régulières entre les deux pays sur des questions d’intérêt mutuel, et de l’interconnexion entre les administrations publiques.

 

Pour rappel, le premier traité d’amitié et de  coopération entre la Côte d’Ivoire et le Rwanda a été signé le 30 janvier 1985. Depuis cette date, un accord culturel et de coopération scientifique lie les deux pays.

Afriknews / Afriknews//


...

fb
VOYAGE ...
Technologie : le plus grand pont ferroviaire en arc du monde construit en Chine

Afriknews-Lundi 10 décembre 2018- Lundi matin, avec l'installation du grand pont au-dessus de la rivière Nujiang dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), les constructeurs chinois ont construit le plus long pont ferroviaire en arc du monde.

 

L'ouvrage mesure 1.024 mètres de long et près de 25 mètres de large. Avec une travée unique de 490 mètres, il permet à quatre trains d'y stationner en même temps, a précisé Yu Changbin, directeur du projet de la China Railway Construction Corporation.

 

"Comme le pont se situe dans la gorge du plateau Yunnan-Guizhou, affecté par une ceinture sismique de haute intensité, sa largeur et sa capacité portante sont beaucoup plus importantes que les ponts ferroviaires ordinaires", a expliqué M. Yu. "Il n'existe aucun précédent de construction d'un tel pont."

 

Pour accomplir le pont, les constructeurs ont dû assembler 800.000 boulons et 922 poteaux en acier de différents modèles, pesant chacun 100 tonnes, à environ 230 mètres au-dessus de la rivière du Nujiang.

 

Le pont est un projet clé de la voie de chemin de fer de 220 km Dali-Ruili, qui est une section importante du couloir ferroviaire international Chine-Myanmar reliant Kunming, capitale de la province du Yunnan, à Yangon, capitale du Myanmar.

 

Après la mise en service du chemin de fer Dali-Ruili, le temps de voyage entre les deux villes passera de six à deux heures.

Source Xinhua / Afriknews//


...

LIENS DES PRESSES
  Fraternité Matin    Top Visages 
  Notre Voie   L'intelligent d'Abidjan
  Le Nouveau Réveil   Guillaume Soro Info
  Le Patriote   Islam Info
  AIP   Prestige Magazine
  Le Mandat   Gbich
  IZF Afrique / Monde   Afrique Éducation
  PANA   Acturoutes
  Nord-Sud Média   Le Temps
  Lebanco.net  
pub5
PRESSE BOOK ...
Côte d’Ivoire / Reforme de la CEI : changements d’hommes ou remise à plat de toute la machine ?

Afriknews-mardi 22 janvier 2019-Des pourparlers pour la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) en vue de la présidentielle de 2020 ont débuté ce lundi 21 janvier à la primature en présence du premier ministre. Après une organisation mitigée des élections locales de 2018 par cette instance, qui ravive  la tension politique, pouvoir et opposition sont parvenus à une prise de contact pour plancher sur sa reforme. Changements d’hommes, comme semble le vouloir le gouvernement ou bien une remise à plat de toute la machine, comme le demandent beaucoup de partis d’opposition ? Les discussions s’annoncent houleuses.

 

 

Côté opposition, on notait la présence du Pr Georges-Armand Ouegnin de la plateforme EDS dont le référent politique est le Président Laurent Gbagbo, du Pr Maurice Kacou Guikahué du PDCI-RDA, du Pr Bamba Moriferé du Rpci, de Pascal Affi N’guessan du FPI officiel, de Danielle Boni Claverie de l’URD, d’Henriette Lagou du Rpci-paix, de Kabran Appiah, etc…

 

Notons qu’en novembre 2016, le pays avait été épinglé par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a estimé, dans un arrêt, que la CEI ivoirienne n’était ni indépendante ni impartiale.

 

A cette première rencontre, les participants espèrent voir le processus tenir compte de leurs   attentes.

 

« Nous espérons que toutes les questions liées aux élections seront abordées, depuis le recensement des électeurs jusqu’à la proclamation définitive des résultats des différentes élections, en nous penchant particulièrement sur la situation de toutes les institutions impliquées dans ce processus », a déclaré Pascal Affi N’guessan, le président du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo.  

 

En reponse aux  préoccupions, le pouvoir estime que l’actuelle CEI, créée en 2001, a fait l’objet de discussions et d’un consensus en 2013 et 2014. Et donc, « On ne peut pas faire fi de ce consensus », selon le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

 

« Une fois que l’on se sera mis d’accord sur la structure, au niveau donc des hommes qui représentent les différentes sensibilités politiques, c’est à ce niveau-là qu'il pourrait y avoir quelques changements ici ou là, mais la structure elle-même de la CEI est, aujourd’hui, une structure qui permet donc d’avoir la représentation de l’ensemble des forces politiques qu’elles soient de l’opposition ou de la majorité dans notre pays », a-t-il projeté.

 

 

Quoi qu’il en soit, les partis ont deux semaines pour rendre leurs contributions. La société civile sera, quant à elle, reçue jeudi 24 janvier par le gouvernement.

 

Mais des partis de l’opposition clament déjà leur exclusion à ces discussions. Il s’agit de la partie en fronde du FPI dirigé par Simone Gbagbo, Alors que les partis politiques de l’opposition dans leur ensemble s’attendaient à des discussions inclusives sur la réforme de la Commission Electorale Indépendante(CEI), l’UPCI de Brahima Soro et le PIT Daniel AKA Ahizi et LIDER de Mamadou Koulibaly. Pour le cas du dernier parti cité, Monique Gbekia, la Présidente, affirme avoir été conviée formellement par le ministère de l’intérieur,   mais stoppée à la guérite de la primature, « sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste ».

 

DJEK KODJO /Afriknews//


...