Côte d’Ivoire / Maltraitance des animaux au Zoo d’Abidjan : le soignant lanceur d’alerte viré

imgp1.jpg

Afriknews-Mardi 8 septembre 2020- Le Zoo d’Abidjan est sous l’actualité d’un scandale relatif à la maltraitance de ses pensionnaires. Il ressort clairement dans un reportage attribué à Radio France Internationale ( Rfi), suite au décès de Sam, l’un des 11 chimpanzés du zoo d’Abidjan, à l’âge de 19 ans, que les animaux souffrent de malnutrition et d’habitation inadéquate. Bien évidemment,  la direction du Zoo d'Abidjan n’a pas apprécié l’intervention d’un soigneur, Meledje Enoch, qui avait regretté une série de dysfonctionnements, dont des problèmes dans la prise en charge des animaux.

 

Depuis le 1er septembre 2020, il a reçu une lettre de licenciement qui met fin à neuf ans de travail au service du zoo et des primates. « Suite à la divulgation d’informations concernant vos activités professionnelles et celles du Zoo d’Abidjan, nous sommes dans le regret de vous informer que votre contrat prend fin dès réception de cette lettre », est-il notifié.

 

 

Le soignant avait lié la mort du grand singe à de graves carences alimentaires, qui fait passer à sept chimpanzé décédés en moins de 10 ans dans le zoo.: « Il avait une indigestion et souffrait aussi de dysenterie. On ne pouvait plus rien faire. Ils ont fait venir un vétérinaire, on lui a placé des perfusions et le surlendemain, il est parti », a-t-il décrit la triste fin de Sam.

 

 

A en croire d’autres sources, les chimpanzés, mais aussi les léopards, les lions et les crocodiles sont affamés. Les animaux seraient nourris exclusivement grâce à des dons des supermarchés, qui cèdent leurs invendus. Mais ce n’est pas suffisant. Régulièrement, des chimpanzés cherchent à s’échapper. 

 

 

« Oui, ils ont fui parce que la nourriture n’est pas suffisante, révèle le soignant. Avant, ils mangeaient trois fois par jour et maintenant, ils ne mangent qu’une seule fois. Donc face au manque de nourriture, ils n'ont d'autre choix que de chercher à s'enfuir », déplorent-ils.

 

l’Ong Calao  s’indigne du licenciement de cet agent, et épingle à son tour  la direction du Zoo de maltraitance des animaux.  « Lorsqu'on voit la forme des animaux déjà, on peut se dire qu'ils ne sont pas bien traités. Il faut éviter la cruauté avec les animaux. Je pense que ce que le soignant a dit ne devrait pas être pour chasser certaines personne », a dénoncé un membre, toujours selon Rfi.

 

Crée il y a près d’une cinquantaine d’années, le zoo national d’Abidjan est une aire protégée située entre les communes d’Abobo et d’Adjamé ( Nord d’Abidjan) abritant plusieurs classes d’animaux. Au regard des dénonciations sur les conditions précaires et inadmissibles de vie des animaux, l’institution semble mal logée aux normes requises.    

 

« En famille ou entre amis, venez découvrir le Zoo d’Abidjan. Entrez dans un parc verdoyant et découvrez nos 355 animaux, extraordinaire étendue sur une superficie totale de 4 hectares. Entrez dans le zoo et vivez une aventure inoubliable ». Fut-elle bien inspirée,  cette cathode publicitaire souffre désormais de l’éthique en la matière.

 

Martiale Digbeu / Afriknews//






Vous pouvez partager cet article avec vos amis.
Facebook Twitter Addthis

Nom
Email
Commentaire
   








pub2
RUBICON ...
Côte d’Ivoire / Décès du premier ministre Gon et démission du Vice-président Daniel Kablan le même jour : Pourquoi cette coïncidence ?

Afriknews-Mardi 14 juillet 2020-Le vice-président Daniel Kablan Duncan  n’est plus à son poste. Le décret pris à  l’effet par le Président Alassane Ouattara mentionne qu’il a été signé  depuis le 8 juillet 2020. Comme par coïncidence, cette date est la même que celle  du décès du premier ministre Amadou Gon Coulibaly des suites d’un malaise cardiaque au conseil des ministres. Est-ce la conséquence d’un agacement entretenu par Daniel Kablan Duncan lui-même, cet homme que la conscience populaire considère de mou, amorphe et sans charisme de vouloir partir malgré la survenance de la mauvaise nouvelle ? Ou simplement que le Président avait déjà validé son vœu de départ bien avant ?  Tout semble indiqué, que c’est la première hypothèse qui tient de thèse.  

 

 

 

« Le vice-président Daniel Kablan Duncan a remis au président de la République sa démission du poste de vice-président pour des raisons de convenance personnelles le 27 février 2020 », a-t-on appris lundi par un communiqué lu par le secrétaire général de la présidence Patrick Achi.

 

 

Cette annonce met ainsi fin à des supputations qui avaient cours sur la toile depuis 48h.  L’intention de partir du vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, 77 ans, de son poste a été actée le 8 juillet 2020 et remise au concerné dans la soirée de ladite date par le président Alassane Ouattara dans un contexte bien particulier.  L’acte signé fait suite à une deuxième demande introduite par le concerné, comme soutenue dans sa sortie du 13 juillet 2020.

 

« Je voudrais tout d’abord remercier Son Excellence M Alassane Ouattara, Président de la République, d’avoir accepter la deuxième lettre de démission que j’ai eu à lui présenter le 27 février 2020, pour des raisons de convenances personnelles », a déclaré Kablan Daniel.    

 

 

Mais avant cette précision venant de monsieur Kablan Daniel, le communiqué de la Présidence indique, que c’est « après plusieurs entretiens dont le dernier a eu le 7 juillet, le président a pris acte et procédé le 8 juillet à la signature d'un décret mettant fin aux fonctions de Monsieur  Kablan Duncan en qualité de Vice-président de la République, conformément à la constitution telle que modifiée par la loi constitutionnelle n 2020-348 du 19 mars 2020 ».

 

 

Cette démission met fin à l’idylle entre le Président Alassane Ouattara et Daniel Kablan Dunkan, qui dure trente (30) ans de collaboration, qui part des années 80 à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ( BCEAO) à ce jour.     

 

 

A noter, Daniel Kablan Duncan est né le 30 juin 1943 à Ouélé. Il est l’actuel Député de Grand-Bassam. Il a été ministre des Finances dans le gouvernement dirigé par Alassane Ouattara sous la présidence de Félix Houphouet Boigny. Puis premier ministre (1993-1999) sous Henri Konan Bédié. Il est revenu au gouvernement avec l’avènement du Rhdp au pouvoir, en tant ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Ahoussou Jeannoh, avant de diriger le gouvernement de 2012-2017.  Il est nommé Vice-président en 2017. Il est par ailleurs le créateur de PDCI-Renaissance, un mouvement proche du Rhdp (Parti au pouvoir), qu’il a mis en place au pire moment de la crise entre le PDCI-RDA, son parti d’origine et le parti créé par Alassane Ouattara en 2018. A noter que Henri Konan Bédié, son ancien mentor dont on dit qu’il a gardé la proximité, est en lice pour la présidentielle d’octobre 2020 comme candidat du parti sexagénaire.    

 

 

Virus Kouadio / Afriknews//    

 

...

GOPO ...
Election à la Fif : Rififi au sein des groupements d’intérêt

Afriknews-Lundi 20 juillet 2020-La présence de Drogba Didier, en lice pour la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football ( Fif) aura contribuée à mettre à nu les rouages malsains de la maison verre. Suspicions et incompréhensions ont laissé place à un cafouillage abject au sein des groupements d’intérêt, qui doivent parrainer les candidatures selon le code électoral admis. Si les dirigeants de ces groupements, qui représentent la minorité, ont adopté la stratégie d’éliminer Didier Drogba avant la phase finale prévue pour septembre prochain, les souscripteurs, eux qui représentent la majorité, ne veulent laisser prospérer la forfaiture. Ainsi, nous assistons à des décisions qui se prennent par les premiers responsables, et se défont par la base sur fond de remise en cause.

 

 

 

Ce lundi 20 juillet 2020, les arbitres regroupés au sein de l’Amicale des Arbitres de Football de Côte d’Ivoire, viennent de remettre en crise leur décision arrêtée le 13 juin dernier à Yamoussoukro de parrainer la candidature Sory Diabaté. Ce jour, ils viennent de tenir une autre  Assemblée générale à Yopougon au 2/3 réuni des membres pour invalider l’acte remis à Sory Diabaté par le président Coulibaly Souleymane, destitué dans la foulée. Par 218 voix pour Didier Drogba contre une (01) respectivement pour ses deux adversaires Sory Diabaté et Idriss Diallo, les hommes en noir viennent de faire parler rétropédalage.

 

 

« De mémoire de sportif, il y a jamais eu autant d’engouement à une élection du président de la Fif (Fédération Ivoirienne de Football), que celle qui ouvre la succession de Sidy Diallo, président sortant », confiait à Afriknews.net  Kouamé Ba, ex sociétaire d’un club de l’intérieur.  

 

 

 

L’élection à la présidence de la Fédération ivoirienne de football n’a-t-elle pas encore fini de livrer tous ses secrets ? Une autre volteface se profilerait-elle à l’horizon.  Notamment au niveau de l’Amicale des Footballeurs internationaux,  dont Didier Drogba en est le Vice-président.

 

 

 

La décision de ce groupe d’intérêt dirigé par Cyrille Domoraud fait en ce moment couler beaucoup d’encre et de salive, dans la mesure où  le Président Cyrille Domoraud et deux ex coéquipiers de Drogba  à l’équipe nationale, ont décidé de ne pas accorder leur suffrage à leur ex capitaine, mais plutôt à leur ami Idriss Diallo, en évoquant des raisons de convenance personnelle. A ce niveau, les footballeurs ne comptent pas se laisser faire. Un cadre, en la personne de Yaya Touré s’en est déjà offusqué. Et la base n’est pas d’accord avec Cyrille et ses amis Kolo Touré et Aruna Dindné. Serey Dié, un autre capitaine aussi, n'a pas voulu resté en marge de l'indignation. Il fait une sortie pour marquer son désaccord face à l'attitude de son président Cyrille Domoraud.

Même son de cloche chez les anciens footballeurs. C'est la division sur le choix qui rime l'actualité entre Alain Gouamelé et ses camarades. Ne pas avoir choisi Drogba est la cause d'une profonde division en leur sein. 

 

Si les groupements intérêt sont au centre de toutes les attentions des candidats déclarés, il est incompréhensible que ce soit les arbitres, qui décident de sauver la candidature de la star mondiale, et non ses pairs.   

 

 

En Côte d'Ivoire, ils sont au nombre de 5 reconnus par la Fédération Ivoirienne de Football et présents dans ses statuts. Il s’agit des associations des anciens joueurs, des joueurs en activité, des entraîneurs et autres encadreurs techniques, des médecins du football et des arbitres. Avec une voix chacun, comme les clubs de D3, les Groupements d’Intérêt ont droit de vote.

 

 

Sam Sam / Afriknews//


...

fb
VOYAGE ...
Technologie : le plus grand pont ferroviaire en arc du monde construit en Chine

Afriknews-Lundi 10 décembre 2018- Lundi matin, avec l'installation du grand pont au-dessus de la rivière Nujiang dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), les constructeurs chinois ont construit le plus long pont ferroviaire en arc du monde.

 

L'ouvrage mesure 1.024 mètres de long et près de 25 mètres de large. Avec une travée unique de 490 mètres, il permet à quatre trains d'y stationner en même temps, a précisé Yu Changbin, directeur du projet de la China Railway Construction Corporation.

 

"Comme le pont se situe dans la gorge du plateau Yunnan-Guizhou, affecté par une ceinture sismique de haute intensité, sa largeur et sa capacité portante sont beaucoup plus importantes que les ponts ferroviaires ordinaires", a expliqué M. Yu. "Il n'existe aucun précédent de construction d'un tel pont."

 

Pour accomplir le pont, les constructeurs ont dû assembler 800.000 boulons et 922 poteaux en acier de différents modèles, pesant chacun 100 tonnes, à environ 230 mètres au-dessus de la rivière du Nujiang.

 

Le pont est un projet clé de la voie de chemin de fer de 220 km Dali-Ruili, qui est une section importante du couloir ferroviaire international Chine-Myanmar reliant Kunming, capitale de la province du Yunnan, à Yangon, capitale du Myanmar.

 

Après la mise en service du chemin de fer Dali-Ruili, le temps de voyage entre les deux villes passera de six à deux heures.

Source Xinhua / Afriknews//


...

LIENS DES PRESSES
  Fraternité Matin    Top Visages 
  Notre Voie   L'intelligent d'Abidjan
  Le Nouveau Réveil   Guillaume Soro Info
  Le Patriote   Islam Info
  AIP   Prestige Magazine
  Le Mandat   Gbich
  IZF Afrique / Monde   Afrique Éducation
  PANA   Acturoutes
  Nord-Sud Média   Le Temps
  Lebanco.net  
pub5
PRESSE BOOK ...
Côte d’Ivoire / Reforme de la CEI : changements d’hommes ou remise à plat de toute la machine ?

Afriknews-mardi 22 janvier 2019-Des pourparlers pour la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) en vue de la présidentielle de 2020 ont débuté ce lundi 21 janvier à la primature en présence du premier ministre. Après une organisation mitigée des élections locales de 2018 par cette instance, qui ravive  la tension politique, pouvoir et opposition sont parvenus à une prise de contact pour plancher sur sa reforme. Changements d’hommes, comme semble le vouloir le gouvernement ou bien une remise à plat de toute la machine, comme le demandent beaucoup de partis d’opposition ? Les discussions s’annoncent houleuses.

 

 

Côté opposition, on notait la présence du Pr Georges-Armand Ouegnin de la plateforme EDS dont le référent politique est le Président Laurent Gbagbo, du Pr Maurice Kacou Guikahué du PDCI-RDA, du Pr Bamba Moriferé du Rpci, de Pascal Affi N’guessan du FPI officiel, de Danielle Boni Claverie de l’URD, d’Henriette Lagou du Rpci-paix, de Kabran Appiah, etc…

 

Notons qu’en novembre 2016, le pays avait été épinglé par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a estimé, dans un arrêt, que la CEI ivoirienne n’était ni indépendante ni impartiale.

 

A cette première rencontre, les participants espèrent voir le processus tenir compte de leurs   attentes.

 

« Nous espérons que toutes les questions liées aux élections seront abordées, depuis le recensement des électeurs jusqu’à la proclamation définitive des résultats des différentes élections, en nous penchant particulièrement sur la situation de toutes les institutions impliquées dans ce processus », a déclaré Pascal Affi N’guessan, le président du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo.  

 

En reponse aux  préoccupions, le pouvoir estime que l’actuelle CEI, créée en 2001, a fait l’objet de discussions et d’un consensus en 2013 et 2014. Et donc, « On ne peut pas faire fi de ce consensus », selon le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

 

« Une fois que l’on se sera mis d’accord sur la structure, au niveau donc des hommes qui représentent les différentes sensibilités politiques, c’est à ce niveau-là qu'il pourrait y avoir quelques changements ici ou là, mais la structure elle-même de la CEI est, aujourd’hui, une structure qui permet donc d’avoir la représentation de l’ensemble des forces politiques qu’elles soient de l’opposition ou de la majorité dans notre pays », a-t-il projeté.

 

 

Quoi qu’il en soit, les partis ont deux semaines pour rendre leurs contributions. La société civile sera, quant à elle, reçue jeudi 24 janvier par le gouvernement.

 

Mais des partis de l’opposition clament déjà leur exclusion à ces discussions. Il s’agit de la partie en fronde du FPI dirigé par Simone Gbagbo, Alors que les partis politiques de l’opposition dans leur ensemble s’attendaient à des discussions inclusives sur la réforme de la Commission Electorale Indépendante(CEI), l’UPCI de Brahima Soro et le PIT Daniel AKA Ahizi et LIDER de Mamadou Koulibaly. Pour le cas du dernier parti cité, Monique Gbekia, la Présidente, affirme avoir été conviée formellement par le ministère de l’intérieur,   mais stoppée à la guérite de la primature, « sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste ».

 

DJEK KODJO /Afriknews//


...